jeudi 16 mai 2013

Un mois de leçons de morale à Coussay-les-Bois - 1948.


Morale à l'école ou pas ? 
C'est en flânant dans ma bibliothèque, à la recherche d'un vieil ouvrage que j'ai retrouvé le cahier de Michel Merle, élève en 1948 de l'école de Coussay-les-Bois. 
Je l'avais recueilli en même temps que celui de Paulette. 
Dans celui-ci il est question de morale. 
Le sujet revient à l'ordre du jour. A partir de ses propres souvenirs et de plus en plus à partir de ceux des anciens, chacun en parle avec nostalgie ou passéisme. 
A Coussay-les-Bois en 1948, on va à l'école le samedi matin, on se repose le jeudi.
Et la journée commence par une phrase de morale. 
Quelle morale dans cette petite école de la République ? 
Ce petit cahier d'école nous en donne la leçon, à travers les phrases recopiées par un petit garçon de CM1 ou CM2. La guerre est finie, l'enfance est à protéger, l'école est une chance, l'instituteur un père, l'amitié solide se battit dans les cours de récréation, on espère qu'elle fera naître la fraternité entre les hommes.  Il faut se souvenir du passé, des morts si proches, et vivre la République comme une chance. 
Que pourrait que devrait dire de plus de moins ou d'autre la morale aujourd'hui ? 
Par le plus complet des hasards, Centre Presse abordait le sujet hier avec Ruwen Ogien philosophe ! 
-------

Mardi 5 octobre 1948
Par son intelligence, sa pensée, l'homme domine l'univers. 
-------



Mercredi 6 Octobre 
L'enfant est le plus fragile de tous les petits. Mais il les dépassera tous par l'intelligence. 
-------




 Le langage articulé lui permettra d'apprendre ce que les hommes savent.
---------

Vendredi 8 Octobre. 
La faiblesse de l'homme est grande. Cependant sa puissance est énorme. 

 -------

Samedi 9 Octobre. 
L'homme n'est rien dans l'infiniment grand. 
L'homme est tout dans l'infiniment petit.

 -------


Lundi 11 Octobre.
La morale est l'art, la science du Bien. 

 -------

Mardi 12 Octobre.
Science sans conscience n'est que ruine de l'âme. 
-------
Mercredi 13 Octobre. 
Faire le bien, ne pas faire le mal, telle est la voix de la conscience. 
-------
Vendredi 15 Octobres 1949. 
Les trois Républiques doivent être l'objet de votre éternelle gratitude. 
La première vous a donné la terre. 
la seconde le sufrage universel.
La troisième le savoir. 
Jules Ferry.
Ce matin-là, Michel est fatigué, il écrit mal et met un "s" à Octobre, le maître n'est pas content, il faudra recopier. Le maître ne voit pas que Michel s'est aussi trompé d'année, il a écrit 1949...
-------
Samedi 16 Octobre 1948. 
La République a donné aux paysans et aux ouvrierss le droit à l'instruction.
C'est à l'école que les enfants d'un même village apprennent à se connaître et à s'aimer, à devenir des hommes. 
-------
Lundi 18 Octobre
C'est à l'école que naissent et se développent la camaraderie et l'amitié, de vrais et durables sentiments. 
-------
Mardi 19 Octobre. 
Sont électeurs, dans les conditions déterminées par la loi, les nationaux et ressortissants français majeurs des deux sexes, jouissant de leurs droits civils et politiques. 
-------
Mercredi 20 octobre. 
J'ai contracté envers l'école une dette dont je ne m'acquitterai jamais. P.Painlevé. 
-------
Vendredi 22 Octobre. 
Maitres et élèves ont un maître commun : l'affection. 
-------
Samedi 23 Octobre. 
Celui qui instruit est un second père. 
Inscription gravée sur la Médaille des instituteurs sous la Convention. 
-------
Mardi 26 octobre. 
Les vieux amis sont meilleurs et plus solides que les neufs, et la grande fabrique de vieux amis, c'est l'école. 
-------
Mercredi 27 Octobre. 
Les amitiés nées à l'école éclairent la vie comme l'aurore éclaire un beau jour. 
-------
Vendredi 29 Octobre. 
La camaraderie est le commencement de l'amitié. Un camarade c'est un ami en espérance. 
-------
Samedi 30 Octobre. 
Amitié des enfants, fraternité des hommes. 
-------
Mercredi 3 Novembre.
Le souvenir des morts est un devoir sacré. H. Chantavoine. 
-------































Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

9 commentaires:

  1. Qui est l'ami(e) d'une Sorcière est en joie pour toute une vie.
    Smack

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci l'artiste ! Qui a un tonton farceur dans son coeur sera à l'abri des flingueurs !
      La chronologie des ces p'tites leçons montre un certain entêtement à vanter jour après jour la fraternité. Une fraternité qui s'apprend à l'école dès le plus jeune âge. On a du me rentrer ça dans la tête lorsque j'étais p'tite parce qu'y ai cru !
      Bises.

      Supprimer
  2. Autres temps .... J'ai un peu de mal à imaginer la tête des élèves dans certaines écoles de nos jours en entendant ça .....

    RépondreSupprimer
  3. ça ferait pas de mal d'en re-distiller un peu, de "morale" - ou d'éthique, peut-être....et d'apprendre à nos jeunes poussins sur-couvés et sur-gavés qu'ils n'ont pas que des droits, mais aussi des devoirs, et que certaines choses ne se font pas !

    RépondreSupprimer
  4. Ces phrases de morale écrites au porte-plume trempée dans l'encrier... qui alternaient avec l'instruction civique, oui, c'est d'un autre temps. Et pourtant ce n'est pas faute d'essayer, le ministre actuel peine à remettre ces cours à l'ordre du jour. Cette morale serait laïque... pourrait-il en être autrement :-)
    GROS BECS

    RépondreSupprimer
  5. J'avais oublié cette leçon de morale écrite sur le tableau ; nous devions la recopier sous la date du jour... je pense que je ne comprenais pas forcément tout ce que j'écrivais :) ...

    des bises

    RépondreSupprimer
  6. Oui Annick il fallait la recopier sous la date .
    Moi non plus je ne comprenais pas toujours, mais au final je trouve cela important d'avoir ces valeurs et repères .
    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Elles sont d'un autre temps, elles prêtent à sourire, et quand on est jeune on ne les comprend pas toujours, mais est-ce la nostalgie, je les trouve bien savoureuses ces petites phrases.
    ... Chez Gloria la gentille sorcière,
    ... les balais se font baladeurs,
    ... on se promène, hier ou avant-hier,
    ... et dans l'esprit s'allume une lueur..

    Bises Gloria :)

    RépondreSupprimer
  8. Enfant, j'adorais farfouiller dans les cahiers de classe de mes arrières-grands parents, entassés dans un recoin de l'immense grenier. Il y avait aussi des livres d'histoire, que je dévorais. Si je les relisais, je pense que je serais outrée du traitement orienté des événements...
    J'aimais bien le titre des livres d'arithmétique, mot que je trouvais beaucoup plus beau que mathématique.
    Merci pour ce billet, lulusorcière. Ca m'a rappelé ces heures d'été, à se protéger du soleil trop chaud ou à occuper des après-midi pluvieux dans le grenier en feuilletant ces pages jaunies à l'odeur si particulière...

    RépondreSupprimer