jeudi 11 avril 2013

J comme Journaux #challengeAZ


J'ai commencé par lire France-Soir. France-Soir c'était la gazette du travailleur qui cherchait du boulot. Celui des p'tites annonces. France-Soir des trente glorieuses, deux édtions par jour, une édition spéciale si besoin.
Papa encerclait les p'tites annonces, je lisais les faits divers.
De là sans doute mon goût pour les p'tite affaires criminelles.
Ensuite vint le Canard. Enchainé Le journal de ma mère. Eh oui chez nous, l'album de la comtesse est un journal des filles !
Libé, je peux me vanter d'avoir acheté le premier numéro... que je n'ai pas gardé !
Longtemps abonnée, je guettais mon Libé dans la boite, la vraie et je le dévorais debout sans attendre.
J'ai vieilli sans doute, mais Libé aussi.
Le Journal de Mickey a longtemps fait les délices de mes mercredis de mère de famille !
Petit à petit, je me suis installée chez moi, je suis devenue régionale.
La presse locale.
Le Picton pour l'histoire.
Centre Presse, La Nouvelle République ,
au quotidien !
Les vieux journaux parlent.
Certains les gardent par hasard : un fond de malle, un dos de cadre.
Certains y ont leur place, un anniversaire, un souvenir, une élection, une guerre.
Certains y ont leur Une, un décès, une élection.
La presse résiste :
Tant quand on allume la cheminée avec.
Tant quand on épluche les patates dessus.
Un titre, un mot, le papier se défroisse, la salade fait une place.
Tant qu'on se surprend à lire debout dans le jardin.
ou dans la cuisine un couteau à la main,
 l'été au barbecue une allumette éteinte.
Ici tant que nous aurons cette vie là,
simple,
cette vie dans laquelle le quotidien des autres garde une place.
Le quotidien résistera et racontera.

Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

9 commentaires:

  1. Comme je ne savais quoi mettre en commentaire :
    « Un journal coupé en morceaux n'intéresse aucune femme, alors qu'une femme coupée en morceaux intéresse tous les journaux. »
    Tristan Bernard
    Un ex J3

    RépondreSupprimer
  2. Tiens, je me rends compte qu'autour de moi, il n'y a plus de presse écrite....

    RépondreSupprimer
  3. On la voit disparaitre la presse papier, et pourtant elle va nous manquer. Il faudrait un p'tit effort coté ligne éditoriale, un gros effort coté prix, c'est trop cher, et puis redonner la culture de l'info papier. Il faut que je prenne le temps de photographier les quelques vieux journaux de mes archives perso qui parlent. On ne va rien laisser jaunir sur papier pour les générations suivantes, ils vont crouler sous les disques durs parmi lesquels nous ne retrouvons déjà plus rien nous mêmes !
    Bises.

    RépondreSupprimer
  4. La salade fait une place, j'adore !!!

    RépondreSupprimer
  5. Je me sers toujours des journaux pour mes dessus d'armoire ou buffet :-) et pour les épluchures bien sûr ; tout comme toi, il y a toujours un article qui m' a échappé
    et que je lis tout en m'activant, ça m'occupe la tête.
    bises

    RépondreSupprimer
  6. Ah les journaux ...pour allumer la cheminée c'est l'idéal !!!
    Comme toi je trouve dommage qu'elle disparaisse lentement mais sûrement .
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici on dit que pour la cheminée Centre Presse allume mieux que la Nouvelle République ! Mais où va se loger la motivation à l'abonnement !!!

      Supprimer
  7. C'est vrai que la presse papier a mauvaise presse. Les imprimeries sont en décroissance.
    Chez nous c'est "Siné mensuel"... après "Siné hebdo". Et bien évidemment "Le canard enchaîné".
    GROS BECS Lulu

    RépondreSupprimer
  8. Que j'aimerai savoir écrire comme Lulu !!!
    Presse papier je n'ai pas été habitué jeune donc je ne lis que rarement sauf lorsque un me tombe sous la main et qu'un fait divers ou pas m’attire, et comme Annick, lorsque j'en utilise un pour les dessus de meubles.
    Mais je garde certain vieux journaux comme quelques pages de le guerre de 14-18, ou du premier pas sur la lune!
    Bribri

    RépondreSupprimer