samedi 6 avril 2013

F comme Nom d'une fille ! #challengeAZ


De fille en fille. J'en ai fait cinq.
De fille en mère. Cognatique. C'est la généalogie qui remonte la branche des filles. Par opposition à agnatique qui remonte la branche des garçons, c'est à dire la branche qui jusqu'à présent dans beaucoup de cas transmet le nom de famille, le patronyme.
Maintenant le nom de famille n'est plus forcément celui du père, ni celui du mari...
Ainsi "Godard" est transmis pour la première fois à la génération des p'tits enfants par le fils de ma... fille.

Ma fille qui ne porte pas mon nom. Mon nom qui est mon patronyme.


Enfin le patronyme de mon grand-père, un bout du nom de mon père, mon père qui a longtemps porté aussi le nom de sa mère "Garvia". Car mon père est catalan de Barcelone. Ce matronyme a disparu lorsqu'il est devenu français bien longtemps après.

J'aurais pu comme lui porter le nom de ma mère,  Catalan, accolé à celui de mon père catalan. Catalan c'est le nom de son père, ma grand-mère s'appelle Behar. Avant eux ils sont tous fils d'Abraham, ils n'ont pas de nom de famille... On est en Turquie. Ils sont séfarades, chassés d'Espagne par l'inquisition, ils passent sur l'autre rive de la Méditerrannée jusqu'à Constantinople. Ils parlent le judéo-espagnol depuis le 16ème siècle, sans perdre la langue, respect. Quand ils choisissent un nom, ils prennent un toponyme, un nom de lieu, Catalan. Un nom qui raconte leur exil.
Bref.

Je m'appelle Godard, j'ai pris l'habitude,depuis 30 ans. Godard comme un clan, comme ma maison, La Godardière, à la manière des basques qui le gravent dans la pierre au dessus de la porte. Je m'appelle Godard et ça raconte mon histoire.
Le temps file vite, mon nom s'effiloche...
Quand je vote, je m'appelle Pino. J'aime bien entendre ce nom. Je pense à mon grand-père, que certains croyaient des Charentes... Je m'appelle Pino. Pino comme l'arbre, pas Pineau comme l'apéro, ni Pino comme la Pizza, parce que la pizza est napolitaine et que je suis parisienne et fille de Catalan, petite fille d'Andalou. Une sarrazine quoi ! Cousine d'Abdelrhaman avant qu'il ne soit vaincu à Vouneuil par Charles Martel (un nom de digestif). Vaincu en bas de chez moi.  Enfin chez moi... dans le Poitou. Le Poitou maintenant c'est chez moi, même si pour certains je suis  parisienne, issue des Charentes comme l'apéro.. Sarrazin c'est le nom de ma belle-mère, le nom qu'aurait pu porter son fils, mon Godard. Il parait qu'il y en a de moins en moins des Sarrazin du coté d'chez nous... C'est dommage j'aime bien ce nom. Il a un coté rebelle.
Lorsque j'ai commencé la généalogie, je n'ai pas fait très attention à tout ça, agnatique, cognatique. Je n'ai pas regardé le mode d'emploi... J'ai grimpé de branche en branche, accrochée au fil du temps, juste histoire d'attraper le vertige et de cueillir de beaux fruits.


C'est par l'ascendance d'une fille Roy que j'aurais pu être marquise : Marquise de Badard si j'avais surveillé les p'tites annonces de Chenevelles. J'aurais acheté la ferme le royaume.  J'aurais ainsi récupéré  la noblesse perdue de mon épousé (bravo), descendant d'une fille mal mariée... Le titre est à celui qui est propriétaire.

Badard, Godard... 
La dorure ne tient qu'à un fil. 
Godard, mon épousé,
 dont je fais semblant de porter le nom ! Ce nom qui n'est qu'un usage qui tient à un fil celui du mariage ou plutôt à une fille celle du divorce ;-)
Archaïques, usages archaïques, auxquels je me suis prêtée en me mariant... Alors, qu'à vingt ans, je chantais par coeur la non demande en mariage de Brassens... ce gros mysogyne !
La vie, ma vie n'est pas à une contradiction près ! Poussière, tout n'est que poussière...


Rien de tel qu'un bon coup d'balai tiens !

18 commentaires:

  1. SIC : " La vie, ma vie n'est pas à une contradiction près ! Poussière, tout n'est que poussière... "

    Oui, mais :« Dans un tourbillon de poussière qu'élève un vent impétueux ; quelque confus qu'il paraisse à nos yeux, dans la plus affreuse tempête excitée par des vents opposés qui soulèvent les flots, il n'y a pas une seule molécule de poussière ou d'eau qui soit placée au hasard... "

    Bon W.End... bises .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore Tonton, ne change pas de place surtout !
      Bises.

      Supprimer
  2. Bin mon vieux, j'en suis toute mélangée moi avec tous ces noms ! Je vais m'en tenir à Lulu, hein, ça sera plus pratique pour moi ! :)))

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et encore si je te l'avais raconté à l'oral, comme je parle un peu vite et avec les mains...

      Supprimer
  3. Et tu sais encore comment tu t'appelles ??? !!! Bah oui y'a de quoi se tromper ,non ?
    Je rigole Lulu
    Bises et bon week-end

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je n'ai donné tous les p'tits noms dont ma mère m'affublait (ma bichette, ma p'tite crotte...) quand elle m'appelait Gloria... je savais d'avance que ça allait barder...

      Supprimer
  4. Tu as essayé de nous perdre, mais on a tout compris (enfin presque)
    Ma famille étant de Chenevelles aussi, je suis à votre entière disposition Madame la Marquise :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis trop fière de te perdre (même qu'un p'tit peu) avec mon bonzaï généalogique ;-))

      Supprimer
  5. comme les autres j'me suis un peu perdue.....mais comme d'hab c'est bien raconté !
    Bribri

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Finalement c'est pas si compliqué Bribri... Je crois que dans la famille nous faisons partie des plantes faciles à cultiver, on prend racine là où on s'implante. C'est la vraie leçon que me donne ma généalogie.
      Bises.

      Supprimer
  6. Quand les filles prennent un nom, elles le subliment...

    RépondreSupprimer
  7. J'ai tout compris. Tu as si bien raconté que j'avais l'impression de t'entendre juste à côté...
    Et ton épousé il en pense quoi de tout ça hein ? Mon nom de fille est d'origine flamande et je peux te dire que lorsqu'on le prononce je me redresse du haut de mes 156,5 cm ! Car mon nom d'épousée est trop commun et très usité !
    GROS BECS Lulu... tout court :-)

    RépondreSupprimer
  8. J'adore! C'est vraiment beau

    RépondreSupprimer
  9. Moi aussi j'ai tout compris, je t'entends le raconter, et même le danser, j'ai l'impression d'une ronde, la ronde du temps, la ronde des hommes et des femmes qui ont porté ces noms et de ceux qui vont les transmettre. C'est beau, tout simplement. Bises Gloria.

    RépondreSupprimer
  10. Je reprends mon souffle, j'ai tout lu en apné... bon, j'ai du relire cette histoire de marquise, je n'ai pas tout compris tout de suite :)

    Formidablement bien raconté, un régal Gloria,
    Bises

    RépondreSupprimer
  11. Très beau texte !

    J'aime beaucoup l'idée d'une ligne cognatique : cela permet de rendre hommage à celles qui nous ont portés pendant 9 mois et supportés des années !

    Et comme le disait récemment la présidente du Brésil Dilma Roussef : " les hommes n'ont rien a craindre des femmes : nous représentons la moitié de l'humanité et sommes les mères de l'autre moitié !"

    RépondreSupprimer
  12. Un billet, émouvant, marrant enfin bref un beau billet qui te raconte mine de rien et l'air de tout !!!!
    Bel arbre, comme je les aime avec des racines dans plusieurs champs !!!!
    Belle soirée !

    RépondreSupprimer
  13. Je suis contente que ce billet vous ait touché. Ce fut un grand bonheur d'écriture. C'est aussi une des vertus de ce challenge. Je l'ai écrit, comme j'aime écrire, d'un seul jet, en faisant sortir tout ce qui s'est bousculé dans ma tête... En corrigeant à peine, des virgules, des fautes d'ortographe. Avec le sentiment de laisser quelque chose de moi qui sera lu j'espère, par quelqu'un que je ne verrai pas naître...

    RépondreSupprimer