mardi 29 janvier 2013

Hygiène et Physiologie du mariage - 1853/2013


To Diane or not to Diane.
Les filles,
comme on semble vouloir nous renvoyer à l’époque pré-Neuwirthienne (1967), 
tout en nous
 (enfin nous… vous, parce que moi j’ai fini de donner )
vendant les bienfaits de la stimulation ovarienne pour tous,
banale, forcément banale,
 dans une joyeuse ambiance
de chasse au gynéco, (on ne dira jamais assez les vertus de la flagellation !  )...



Je vous ai ressorti les pilules du Dr Maurin


et les Conseils de ce bon Dr Debay.

Les règles déviées.
On a vu des règles déviées sortir par le nez, la bouche, les points lacrymaux, le mamelon d'un sein, par le bout du doigt....

.....

A chaque menstruation, les femmes ont les yeux cernés, ternes; leur teint et leurs cheveux sont moins brillants; leur impressionnabilité est plus grande; la moindre contrariété les indispose et les rend maussades ; elles sont plus portées à la mauvaise humeur, à la tristesse, au repos. C'est à cause de ces divers motifs que le mari doit redoubler d'attentions et d'égards envers sa femme ; car les contrariétés,les chagrins, peuvent amener la suppression des règles, et tout le monde sait que cette suppression est toujours d'un mauvais augure pour la santé.

.......


Nous signalerons ici, comme causes les plus ordinaires du dérangement des règles, une alimentation de mauvaise qualité, échauffante ou débilitante; l'abus des spiritueux, du vinaigre, du thé, du café, des fruits verts, des purgatifs, des emménagogues ; les excès dans les plaisirs vénériens, dans la danse et l'équitation, les variations subites de température, l'ingestion d'une glace ou d'une boisson glacée lorsque le corps est en moiteur, l'immersion des pieds dans l'eau froide, les passions tristes, les excitations morales soutenues, etc., etc., etc.


Hygiène et Physiologie du mariage du bon Docteur Auguste Debay (1853).

----------------

To Reine or not To Reine ?
Too haine ? 
Si tout ça vous file légitimement mal à la tête,
 pas de paracétamol , ni d'aspirine,
on ne sait jamais.
Vous me prenez le guéritou du Dr Boveil.


Si ça ne passe pas,
 il reste l’apothicaire Bompart qui doit bien avoir aussi une solution pour l'acné !




Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

11 commentaires:

  1. Et en plus, on empêchait la mayonnaise de "prendre"...
    Hereusement, on avait l'Algocratine!!!

    RépondreSupprimer
  2. ...et les oeufs de monter en neige !

    RépondreSupprimer
  3. ... et la viande de cochon de tourner dans le saloir... :-)
    GROS BECS Lulu

    RépondreSupprimer
  4. en moins rigolo, je me souviens surtout de commentaires réducteurs et vexatoires tels que : "tu as tes règles ou quoi?", "laisses tomber, elle doit avoir ses règles" ... etc ... si désaccord ou refus ou quoique ce soit qui contrariait.
    Et si ce n'était pas le cas, et souvent ce ne l'était pas, c'est que nous allions les avoir... Bref, heureusement que la Diane guerrière qui sommeillait en nous, montait au créneau en termes bien sentis NON MAIS !!!

    des bises

    ps - Michel, c'est tout mignon ce que tu écris :-)

    RépondreSupprimer
  5. " Les passions tristes" ! voilà qui laisse rêveur.....il y aurait donc des passions tristes ? Je plains ceux qui les vivent, en ce cas.

    Excellent ce billet Lulu, excellent ! :)

    RépondreSupprimer
  6. Y'avait aussi quand elle a ses ragnas, elle est de mauvais poil, huit jours avant, huit jours pendant et huit jours après

    RépondreSupprimer
  7. Les commentaires ont déjà tout dit... et ce mépris nous l'avons toutes supporté, même pas moyen de se rebelle, c'eut été une preuve de plus !!
    et pourtant, on n'était pas bien, et personne, jamais personne n'a vraiment pris ces malaises au sérieux. La médecine était (et reste) faite par des hommes qui ne pouvaient ni ne voulaient prendre ces malaises au sérieux. Je me rappelle m'être insurgée, en vain, contre le sort de mes filles au moment des concours ou des examens, pas de handicap pour elles, quelque soit leur état.

    RépondreSupprimer
  8. A tout lire je me demande si finalement nous étions bonnes à quelque chose !!!
    Rhoooo mais que si puisque nous sommes les meilleures, pas vrai les filles ???
    Bises Lulu

    RépondreSupprimer
  9. Merci à tous et toutes d'avoir si bien complété la sémiologie du bon Dr Debay !
    J'ajouterai le coté sorcière des règles qui les fait miraculeusement venir de concert dans les groupes de filles (internats, fratries...). Comme ça sabbat pas fort mais toutes en même temps !
    Bises à tous.

    RépondreSupprimer