mardi 26 juin 2012

Maître d'oeuvre.


Comme Albert le fit avant lui pour Monsieur Germain,
au lendemain de son prix Nobel
 Claude, le fils de rital, salue aujourd'hui,
A l'Assemblée Nationale,
du haut du perchoir,
Marie-Thérèse Thoullieux,,
la prof qui le poussa dans la cour des grands,
au lycée tout simplement.
Claude a sans doute lu Albert.
------------

Premier discours de Claude Bartolone comme... par LCP

--------------
19 novembre 1957. 
 Cher Monsieur Germain, J'ai laissé s'éteindre un peu le bruit qui m'a entouré tous ces jours-ci avant de venir vous parler de tout mon cœur. On vient de me faire un bien trop grand honneur, que je n'ai ni recherché ni sollicité. Mais quand j'en ai appris la nouvelle, ma première pensée, après ma mère, a été pour vous. Sans vous, sans cette main affectueuse que vous avez tendue au petit enfant pauvre que j'étais, sans votre enseignement, et votre exemple, rien de tout cela ne serait arrivé. Je ne me fais pas un monde de cette sorte d'honneur. Mais celui-là est du moins une occasion pour vous dire ce que vous avez été, et êtes toujours pour moi, et pour vous assurer que vos efforts, votre travail et le cœur généreux que vous y mettiez sont toujours vivants chez un de vos petits écoliers qui, malgré l'âge, n'a pas cessé d'être votre reconnaissant élève. Je vous embrasse de toutes mes forces.
 Albert Camus

 

Pensée pour Madame Hautavoine
Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !

6 commentaires:

  1. Cela me réjouit de lire ce genre d'hommages. Il suffit parfois d'une rencontre et ça nous l'entendons autour de nous également. Pour ma part,
    j'ai une profonde reconnaissance pour Soeur Cécile, institutrice de mon école.
    ... elle m'a sauvée en croyant en moi.
    des bises.

    RépondreSupprimer
  2. Moi aussi ,comme quoi rien n'est jamais perdu ,il suffit de si peu de chose parfois ...
    Une rencontre peut changer une vie et c'est tellement beau .
    Merci Lulu
    Bises du jour

    RépondreSupprimer
  3. Moi aussi ,comme quoi rien n'est jamais perdu ,il suffit de si peu de chose parfois ...
    Une rencontre peut changer une vie et c'est tellement beau .
    Merci Lulu
    Bises du jour

    RépondreSupprimer
  4. En plus d'en plus ;-), c'est mon président de région, si si. Il était ému et ça s'entendait, ça se voyait. C'est trop rare les hommes (et femmes) politiques qui s'autorisent à laisser paraître leurs émotions. Fils de rital, comme tu dis, mais aussi fils d'ouvrier. C'est chouette la République dans ces moments-là. Bises du soir.

    RépondreSupprimer
  5. Ces moments là de la République me font du bien à moi aussi. J'ai ajouté la vidéo du discours de Bartolone pour partager l'émotion et le bel hommage à la République qui a été prononcé aujourd'hui. Bises.

    RépondreSupprimer
  6. Dans toute vie, il y a des rencontres sans lesquelles on ne serait rien. C'est beau !

    RépondreSupprimer