lundi 9 novembre 2009

Le Salon du Divorce.


A Vouneuil sur Vienne, il ouvre le 27 Avril 1793.
Entre Antoine Vernin et Marie Rousseau.


Les divorcés de l'an II :
Antoine est âgé de 32 ans, c'est lui qui demande le divorce.
Sa princesse, Marie Rousseau a fait sa révolution quelques années plus tôt :

"....Marie Rousseau sadonna il y a environ six ans à faire commerce de faussonnage, qu'elle a continué jusqu'à il y a cinq ans, qu'elle laissa le comparant et le pays sans avoir depuis ce temps là donné aucune de ses nouvelles à quiconque du pays, suivant qu'il le prouve par l'attestation et acte de notoriété....."
 Ils s'étaient mariés le 27 Juin 1785, elle est partie deux ans après !
---------------
C'est le premier acte de divorce que je trouve parmi mes p'tits villages !



Le 20 septembre 1792, une loi permettant aux deux conjoints de rompre le mariage est créée. Le divorce peut être prononcé par consentement mutuel, pour « incompatibilité d'humeur ou de caractère » ou encore pour des causes imputables à un des époux (préfigurant le « divorce pour faute »).


Le divorce devient alors une procédure simple, sans juge, qui n'oblige pas les époux à motiver leur demande. Le divorce peut être proclamé sans aucun motif.

Cependant, une demande de divorce par consentement mutuel n'était admise qu'au bout d'un minimum de deux ans de vie commune

Source : Wikipédia


Grâce à vos commentaires on aura peut-être ...Un p'tit plus pour le tout !



11 commentaires:

  1. Oh j'adore les posts de Lulu. C'est une surprise à chaque fois. C'est surprenant, c'est drôle, c'est instructif, c'est Lulu. Merci Lulu, tu devrais être remboursée par la Sécu. Bonne journée à toi.

    RépondreSupprimer
  2. Incroyable, "ils" font un salon pour ça ??? On ne sait plus quoi vendre...

    RépondreSupprimer
  3. Ah je vois que tu as aussi adopté les petites photos pour les liens à suivre. Je trouve ça plus "parlant" en effet et on peut suivre les nouveautés, presque en temps réel :-)

    RépondreSupprimer
  4. Merci Tataze, ça c'est d'l'encouragement qui ravigote !!
    Oui Odile, les p'tites photos c'est mieux, mais elles ne s'affichent pas pour tous les blogs ;-( et puis c'est un peu le bazar, je vais ranger tout ça un peu mieux... mais ça mène un peu tard !
    Bises !

    RépondreSupprimer
  5. Ton salon du divorce me fait souvenir d'une boîte (grosse) où je travaillais et la coutume était de faire des "enveloppes" pour les cadeaux de naissance ou de mariage...
    eh bien un jour, l'enveloppe est passée pour un cadeau de "fausse-couche"...
    On ne saura jamais si le cadeau était en mesure de réconforter la malade...

    RépondreSupprimer
  6. je ne l'avais pas lu celui là... la loi sur le divorce de la révolution française n'a pas duré longtemps ... Il y eut de sévère opposant qui ont jugé que le divorce mettait en danger l'ETAT, comme quoi ce qui se passe en famille c'est POLITIQUE avant tout. Bref il faut attendre 1975 pour récupérer ce droit au divorce par consentement mutuel. Il faudrait faire une liste de divorce plutôt que de mariage car quand on se retrouve toute seule, on n'a plus grand chose et en plus le divorce coute très cher. bisous Lulu... je traine toujours sur les blogs que j'aime, je ne saurais m'en passer. A bientôt.

    RépondreSupprimer
  7. Coucou Carole,
    la judiciarisation de la vie c'est une catastrophe bien organisée et l'incitation est permanente à tout compliquer.
    Une liste de divorce pour dépanner, dédramatiser et faire clignoter une p'tite lumière de fête au bout du tunnel ;-)
    Bises.

    RépondreSupprimer
  8. Au secours ...en te lisant " faire commerce de faussonnage" j'ai pensé au " cocufiage" .Piqué sorcièrement parlant au vif, suis allé sur the toile et voici ce que je trouve ?
    http://davyec.free.fr/sebastien.htm
    Alorssssssss???

    RépondreSupprimer
  9. ;-) Eh oui Michel, la coquine faisait "juste" de la contrebande de sel... enfin ce qui ne l'empêche peut-être pas de pimenter un peu sa vie !
    Le faux-saunage était une activité assez féminine, les filles cachaient le sel de contrebande dans leurs jupons et leurs corsages. Quant aux Gabelous, police du sel, ils ne s'ennuyaient pas tous les jours, car ils étaient autorisés à "goûter" les suspects (filles ou garçons, afin de confirmer leurs méfaits ;-)
    je reviendrai sur les histoires de sel du Poitou, elles sont passionnantes !

    RépondreSupprimer
  10. Suite au faux-saunnage:
    Super le renseignement ..mais celà me fait souvenir du film aven Fernadel où pour le faire parler on lui mettait du sel sur les pieds et une chèvre venait le lécher...donc ..donc ..idem avec les hommes !!!!

    RépondreSupprimer
  11. Je me souviens de ce film c'est François 1er, précurseur des Visiteurs !

    RépondreSupprimer